À la découverte de la team

 

C’est l’heure de découvrir qui se cache derrière Co-Star Gaming.

Je vous rassure tout de suite, l’équipe joue plutôt en t-shirt …  c’est bien plus confortable !

 

Cela étant dit, voici Lucas, Lucho, Granlama et Barbossa, un petit groupe de gamers avec des profils différents, tantôt geek invétéré, tantôt geek de fortune.

 

Ces quatre jeunes se sont lancés le défi de vous divertir en explorant l’univers du gaming, mais pour le moment, voici le leur.

Tomb Raider … ou Lara Croft, ses deux Magnums et son majordome

Genève, le 27 avril 2018

Aujourd’hui est présenté Shadow of the Tomb raider, nouvel opus de cette franchise au succès international et très prolifique qui a vu naître pas moins de 10 jeux, 3 films, et même une adaptation en comics. En attendant sa sortie prévue le 14 septembre, un petit point s’impose. De ses débuts en 1996, au reboot de 2013, en passant par les films, ou comment l’icône Lara Croft a bien évolué en 22 ans ?

 

Loin de nous l’envie de retracer toute l’histoire de ce jeu culte, d’autres sites s’en chargeant déjà parfaitement. On va plutôt partager nos souvenirs d’enfance, raconter ce qui nous a marqué, plu ou déplu au fil des épisodes. On a surtout exploré les 3 premiers, autant sur PC que sur console de salon, le 4ème qui a connu le plus gros succès, puis la série reboot. Tomb raider a même existé sur la Gameboy Color, mais ça on n’a pas testé ! Spoiler alerte, on a toujours aimé cette licence d’aventure, une des première incarnée par un humain et une des rares, encore aujourd’hui, par une femme.  

 

Tomb Raider I fut une véritable révolution 3D du gameplay plate-forme, même si on peine à le croire au vu des graphismes très angulaires de l’époque. Le manque de maniabilité qui en découlait nous rend un brin nostalgique. Aller à reculons, diriger son quad, escalader des parois, ou nager sans se noyer (ce qui arrivait souvent) ou se faire tuer par des piranhas, n’était pas aisé. Et cette difficulté, surtout des trois premiers volets, avait son charme !

Point fort dès les débuts, le travail abouti sur l’ambiance visuelle et sonore. Son de la faune, animaux de la jungle, lieux sacrés des quatre coins du globe … inutile de payer un billet d’avion ! Il suffisait de se mettre dans la peau de cette archéologue pour voyager mais aussi être plongé dans un univers mystique. En effet, la toile de fond surnaturelle apportait une sorte de suspens horrifique. Rajoutez à ça des jeux de caméra intéressants (souvent pour découvrir les créatures que Lara doit combattre) et des sauvegardes très espacées, on peut vous dire qu’on a eu deux trois coups de chaud.

Les premiers Tomb Raider répondaient vraiment à la promesse d’aventure : entre magie, mythologie et recherche de reliques telle qu’une dague ensorcelée faisant naître un dragon. Par exemple, on a pu affronter Seth dans son tombeau, atteindre la Cité d’Atlantide ou déjouer l’utilisation d’une météorite mutagène qui créait des hommes mutants.

 

5 ans après Underworld, petit dernier d'une trilogie (V-VI-VII) essoufflée par le manque d’innovations, Tomb Raider revient avec un reboot. Le gameplay, la temporalité de l’histoire et la gestion de l’inventaire représentent d’énormes changements. Cette version en monde ouvert, à l’instar de la série à succès Assassins Creed, se veut aussi plus réaliste. Le dépaysement est toujours au rendez-vous grâce aux graphismes sublimes mais perd de sa magie. Le mysticisme et les faits qu’on croyait surnaturels sont systématiquement expliqués de manière plausible. Ce jeu moins linéaire mise plus sur l’action que sur l’aspect « horreur ». A chacun sa préférence.

L’histoire se déroulant avant les autres, l’héroïne doit passer de la jeune femme qu’elle est à la combattante hors pair qu’elle deviendra ensuite. Ce qui permet peut être de mieux s’identifier à elle. Cette évolution personnelle s’accorde bien avec la possibilité (voire nécessité) d’améliorer ses armes au fur et à mesure du jeu. Cette Lara Croft moins sexualisée (ce qui est appréciable) garde de sa "badassitude" grâce notamment à son nouveau jouet, le tir à l’arc. On a même laissé les guns de la série originale de côté.

Malgré ce retour réussi, la phase d’entrainement et d’exploration du manoir des premiers opus nous manque, y compris le majordome trop collant. Qui ne se souvient pas devoir l’enfermer dans la chambre froide et s’en échapper par un habile saut périlleux, afin de finir son parcours d’agrès tranquillement ?

 

Enfin, que dire des films … hormis la classe d’Angelina Jolie avec ses 2 énormes Magnums, c’étaient quand même de bon navets. Est-ce la déception de ne pas avoir retrouver les quêtes des jeux vidéo, une atmosphère suffisamment haletante ou une héroïne moins seule face au danger ? Sûrement un peu de tout ça. En revanche, celui de 2018, plutôt fidèle au reboot, nous a convaincu. C’est un bon film d’action/aventure, avec une jeune Lara Croft parfaitement interprétée par l’athlétique Alicia Vikander ! Si vous avez aimé le jeu, jetez un coup d’œil au film, ou inversement !

 

En résumé … on adore la franchise ! Tout ce qu’on peut rajouter c’est : «  A quand un Lara Croft en coop ? », en mode linéaire des premiers Tomb Raider. C’est dire si on se verrait bien résoudre des énigmes et affronter des créatures monstrueuses dans des tombeaux, à deux ! Que ce soit pour entendre son collègue sursauter ou pour avoir un goût d’ escape game version geek des templiers.

 - écrit par Nora -