La F1 : de l'adrénaline à l'état pur

 

Genève, le 19 octobre 2018

 

« Je ne suis pas taillé pour être deuxième ou troisième. Je suis taillé pour gagner. » (Ayrton Senna ; 1993). À défaut de ne pas être un authentique pilote automobile, tu peux avoir cette même soif de victoire… mais avec une manette à la main.  Ta monoplace qui franchit la ligne d’arrivée, tu te hisses sur la plus haute marche du podium. Tu l’auras compris, je ne suis pas là pour parler chiffon mais Formule 1.

 

Les premières traces de la simulation de F1 sont apparues en 1974 sous forme de jeux d’arcade avec la sortie de Gran Track. En 1979, la Sega Game-1000 sort le premier jeu de console de salon, Monaco GP. Pour ce qui est du format PC, c’est Pole Position qui est sorti en 1982.  Les jeux de Formule 1 comptent à ce jour plus de 30 développeurs différents.

Depuis 2009, le développeur britannique Codemasters prend en charge l’amélioration du gameplay. Malheureusement la première version F1 2009 est un réel échec. Des graphismes trop arcadiens, une conduite peu fluide, des décors pas aboutis, bref aucun sentiment de réalité qui est propre au jeu. Néanmoins, il n’a pas lâché le morceau et depuis 2010 la franchise n’a fait que de s’améliorer arrivant aujourd’hui à une formule plus vraie que nature, F1 2018.

 

Dans cet opus, aucun détail n’est laissé au hasard. Le jeu comporte un mode en ligne pour défier tous les automobilistes du monde et un mode carrière.  Comme son nom l’indique, tu crées ta propre histoire dans le monde impitoyable de la F1. Tu débutes ta carrière chez une modeste écurie, nos amis suisses de l’équipe Sauber par exemple. Objectifs et victoires atteints, tu auras plus de chances de te faire recruter par les équipes plus prestigieuses. Afin d’y parvenir, il faudra être talentueux sur la piste mais également fin stratège. Du nombre d’arrêts, aux stands, aux choix des pneus, en passant par les réglages d’aérodynamisme, rien n’est laissé au hasard ! Te permettant ainsi de gagner les 0.2 secondes suffisantes pour gagner la course. Bien évidemment les accidents sont à éviter et le règlement de course à respecter sous peine de recevoir des pénalités.

Comme tu as pu le constater, conduire une F1, même virtuellement, est loin d’être facile. Si tu es le style de coureur qui finis bon dernier et fan de hors-piste, ne t’inquiète pas, le jeu présente plusieurs niveaux. Des vidéos didacticielles sont aussi d’une grande aide afin de découvrir le tracé d’un circuit et/ou mettre en place la meilleure stratégie possible.

F1 2018 présente quelques nouveautés. Tu te fais harceler par les journalistes et leurs questions. Ne sois ni trop « team work » ni trop individualiste dans tes réponses car celles-ci auront un impact direct sur ta réputation et celle de ton écurie.  Créé dès la version 2017, le mode recherche et développement (R&D) a été amélioré cette année. Cette fonctionnalité est simple : tu accumules des points et des capacités qui te font gagner des pièces importantes que tu peux mettre en place dans ta voiture. Les nostalgiques n’ont également pas été oubliés avec une gamme de monoplaces classiques. Ainsi tu pourras être au volant d’une Ferrari de 1976 sur un circuit moderne.

 

Pour les fans de vitesse et d’adrénaline, la Formule 1 comblera toutes vos attentes. Depuis mon premier jeu de F1 de 1999, je suis perpétuellement surpris du réalisme du gameplay. Après avoir essayé la manette et le simulateur de course, la prochaine étape serait de vivre une vraie expérience à bord d’une monoplace. Ce sera plus difficilement réalisable mais comme on dit, on a le droit de rêver ! 

Bonne route !!!

 

  - écrit par Lucho -

F1.jpg